Une Planète bleue mais pas tout de suite...

 

 

 

 

Le planétoïde qui deviendra la terre se forme par accrétion de la matière qui passant à sa portée subit son attraction. Sous l’effet de la chaleur, 1200° C en surface, et de la gravité, les différents éléments chimiques se répartissent en couches selon leur densité c'est la différenciation.

 

 

Après quelques dizaines de millions d'années, la surface se refroidit, environ 70° C,  des minéraux cristallisent et s’assemblent pour former des roches qui forment une croûte. Elle est couverte de volcans et bombardée de milliards de milliards de météorites dont certaines gigantesques. Ces météorites apportent non seulement de la matière mais aussi des molécules d'eau. Cette eau avec la vapeur qui se condensera et précipitera va finir par recouvrir la planète.

 

 

 

Des roches retrouvées au Québec sont les plus anciennes connues à ce jour, ayant un âge estimé à 4,28 milliards d'années, une découverte qui fournit des indices sur les premiers stades d'évolution de la Terre, selon une étude publiée en 2008.

Ces roches sont 250 millions d'années plus anciennes que celles qui étaient connues jusqu'à 2008.

Elles proviennent de la ceinture de roches vertes de Nuvvuagittuq (il n'y a pas de fautes de frappe), une prolongation des formations géologiques sous-jacentes aujourd'hui en surface sur la rive ouest de la baie d'Hudson. Les Cette zone a été reconnue en 2001 comme un site où se trouve des roches très anciennes, soulignent les auteurs de ces travaux parus dans la revue Science datée du 26 septembre. Jonathan O'Neil de l'Université Mac Gill, Montréal, a effectué des prélèvements qu'il a analysé. Avec Richard Carlson, membre de la Carnegie Institution, ils ont daté les roches par mesure de la composition isotopique de deux éléments présent mais très rares, le samarium et le néodynium. Les divers échantillons ont été daté de 3.8 Ga pour les plus récents et 4.28 pour les plus anciens que l'on appelé "faux amphibolites". L'étude réalisée par les deux géologue démontre qu'il s'agit certainement de dépôts volcaniques.

Des grains de zirconium découvert dans l'ouest australien avaient été datés de 4.03 Ga il y a quelques année déjà mais ce n'était que des fragment de roches érodées.

L'étude de ces roches primitives, nous renseigne sur les conditions de formation des premières croutes. Ces roches sont très très rares car les premières croutes ont disparu, elles ont été broyées et digérées par le manteau qui les a recyclées, sans doute plusieurs fois.

 

 

L'atmosphère d'alors était différente de celle d'aujourd'hui, elle était composée de :

  • méthane (CH4),

  • d'ammoniac (NH3),

  • d'hydrogène (H2),

  • de vapeur d'eau (H2O), cette vapeur d'eau formant un très épais nuage tout autour de la planète.

la température y était élevée, de nombreux et puissants orages y sévissaient.
Dans ces conditions aucune forme de vie ne pouvait se développer.

C'EST LE DEBUT DE LA GEOLOGIE...

 


 

 

La température ayant beaucoup diminué, l'énorme nuage de vapeur d’eau s’est condensée. Il a plu sur la planète où déjà des milliards de météorites y ont déposé des milliards de milliards molécules d'eau à tel point qu’elle est maintenant recouverte d’un immense océan (70.7% de la surface terrestre). Dans ces eaux il y avait une intense activité chimique, l’atmosphère n’était pas celle que nous connaissons aujourd’hui. C’est dans ces conditions que se seraient développées les premières formes de vie. On date les premières traces fossiles de bactéries vers 3.8 Ga.

            
       


En 1953, à l'université de Chicago, Stanley Miller et Harold Urey, ont reconstitué les conditions de l'océan primitif. Ils ont conçu un circuit fermé avec des gaz (méthane CH4, ammoniac NH3, dihydrogène H2 et eau H2O) le mélange chauffé et refroidi a été soumis à des arcs électriques simulant les orages et à un rayonnement UV pendant une semaines.
Ils ont ainsi obtenu les briques de la vie, des molécules organiques, certains composés étaient concentrés à plus de 2 %, formaldéhyde (H2CO), acide cyanhydrique (HCN), urée (CON2H4), des acides aminés (AA) et des bases.

 

 
 
 
..
Mentions légales
MàJ: jeudi 29 septembre 2016 11:15