Titre halite 
 
Titre Halite

Le sel gemme que vous utilisez tous les jours pour assaisonner votre nourriture est un minéral dont le nom scientifique est "HALITE". Depuis la nuit des temps l'homme a utilisé ce minéral pour non seulement relever le goût de son alimentation, mais aussi parce que  le sel lui apporte des éléments chimiques qui participent à ses besoins en sels minéraux.

Depuis l'Antiquité les marais salants de la région de Guérande en Loire-Atlantique produisent des milliers de tonnes de sel utilisé non seulement en France mais dans le monde entier. Déjà au Moyen-âge, le petit port du Croisic voyait des navires de commerce de toute l'Europe venir s'approvisionner en sel des marais de Batz, Saillé et Guérande.

La qualité de ce sel, que les paludiers de la région recueillent selon des traditions et des moyens ancestraux lui confèrent une renommée internationale.

 

Les Marais-salants de la presqu'ile de Guerrande. 

Science

Halite vient du grec " αλς " = sel ou grain de sel. C'est un minéral, chlorure de sodium, qui cristallise dans le système cubique holoèdre (dont la symétrie est exactement celle du réseau périodique qui lui correspond) les cristaux les plus fréquents sont des cubes simples ou en escalier également en trémies (faces en pyramides creuses), les faces parfois courbes.   On la trouve aussi en masse grenue compacte.

Formule chimique

NaCl

Classe

Halogénures

Système cristallin

Cubique holoèdre

Clivage

Parfait

Cassure

Conchoïdale

Dureté

2,5

Densité

2,2

Couleur

Incolore, blanc à gris, rosée, rougeâtre, jaunâtre (impuretés), bleutée si radioactive, violette.

Eclat

Vitreux

Transparence

Transparent à translucide

La Halite est un minéral d’évaporation, évaporite, comme le gypse. Il précipite sur de très grandes surfaces suite à l’évaporation de la mer. On le trouve en très grandes quantités dans certaines régions devenues arides. Emprisonné sous des couches de sédiments, la pression de ceux-ci entraine la formation de dômes de sel qui remontent en surface. Gisement de Lorraine à Varangéville par exemple.
Utilisé en chimie pour la fabrication d’acide chloridrique et autres composés du sodium ou du chlore, soude, eau de javel. On l’emploie également dans l’alimentation, sel de cuisine. En hiver il est utilisé pour le salage des routes.
Son goût salé permet de le distinguer de la sylvite au goût amer.

 

Organisation cristallographique de la Halite

 

Rond de sorcière 
 

Les ronds de sorcière des marais de Guérande sont d'un intérêt précieux pour une équipe de paléontologues. Ces formations ressemblent à des fossiles datant de plus de 550 millions d'années.

C'est le début de soirée dans les marais salants de Guérande. Une équipe de chercheurs franco-russe est penchée au-dessus de l'un des bassins du paludier Pascal Auguste, mais ce n'est pas pour cueillir de la fleur de sel... Les scientifiques sont absorbés dans l'étude des ronds de sorcière, ces formes concentriques de quelques centimètres, constitués d'anneaux alternés de deux couleurs différentes, qui apparaissent à la surface de certains bassins pendant l'été.
Si les scientifiques ont parcouru tant de kilomètres, c'est parce que les marais guérandais sont le seul lieu connu pour héberger de telles formations. Et elles sont d'un intérêt précieux pour les chercheurs : elles ressemblent à des fossiles datant d'une époque géologique spécifique, l'Ediacarien. Dmitriy Grazhdankin, chercheur à Novossibirsk, en Sibérie, est spécialiste de cette période. Il est venu jusqu'ici avec trois jeunes doctorants de son laboratoire.

Prélèvement de vase 

Il y a 550 millions d'années

Ces ronds de sorcière nous renvoient plus de 550 millions d'années en arrière, juste avant le Cambrien, une période d'explosion des formes de vie. « À l'Ediacarien, les environnements marins étaient très particuliers, explique Taniel Danelian, géologue et paléontologue à l'Université de Lille. L'étude de ces structures et du milieu dans lequel elles se développent peut être très riche en informations. Cela permettra d'en savoir plus sur les environnements de l'époque. »


En mission dans la région pendant une semaine, les chercheurs se sont rendus dans une dizaine de salines et régulièrement dans quatre d'entre elles, pour mesurer l'évolution des structures jour après jour. Ils ont déjà noté que les ronds de sorcière avaient des formes diverses d'un marais à l'autre. Certains sont constitués d'un type particulier de bactéries, les cyanobactéries, et d'algues microscopiques, les diatomées. D'autres résulteraient de la dégradation du tapis microbien par des champignons microscopiques.

 

Le milieu particulier des marais salants semble leur offrir les conditions idéales pour se développer. « Le tapis microbien qui héberge ces formations est généralement consommé ou dégradé par d'autres organismes, explique Maxime Gommeaux, microbiologiste à l'Université de Reims. Mais dans les marais, le milieu est tellement extrême qu'ils ne peuvent se développer. Età l'Ediacarien, de tels organismes n'existaient pas encore. »

 

Juste avant de repartir, samedi dernier, l'équipe est venue prélever certaines structures afin d'essayer de les conserver, puis de les étudier en laboratoire. C'est la deuxième année que les scientifiques se déplacent une semaine dans les marais. Cette aventure n'aurait pu avoir lieu sans la coopération des paludiers, qui ont répondu à un appel à témoins lancé auprès de la coopérative. Certains se demandaient depuis longtemps l'origine de ces structures dans leurs bassins et participent avec enthousiasme au projet, désireux d'en apprendre plus. Comme quoi, de la fleur de sel qui fait le bonheur de nos papilles aux informations scientifiques qu'ils offrent, les marais salants sont une vraie mine d'or.

Ouest France

Crédit : Hélène GÉLOT. Ouest-France

Les paléontologues à l'oeuvre.

Vasiliy Marusin, doctorant russe, mesure les formations dans les marais de Gilles Dessome.

 
 

La récolte du sel en Pays gérandais.

 
 

Logo Musée Marais Salants
   
 
 

Les éléments de cette dernière rubrique sont issus du site :

www.cap-atlantique.fr

Logo Cap-Atlantique

 

Remerciements à Jean Rivalant, Gaec Holen Breizh à Batz sur Mer

http://www.gaec-holen-breizh.fr/

 
Message Important
Les espèces dangereuses de nos côtes...
 
 
 
..
Mentions légales
MàJ: jeudi 29 septembre 2016 11:40